Solidarité avec la Grèce ! Démocratie en Europe !

Manifestation en solidarité avec le peuple grec, mercredi 22 juillet à 19h, place Félix Poulat

  • Mais qu’est-ce qui se passe en Grèce ?

Depuis 2010 un ensemble de mesures de récession (appelé aussi Mémorandum) est imposé en Grèce, sous prétexte de diminuer la dette du pays. Ces mesures n’ont pas seulement aggravé la dette mais elles ont également eu comme résultat la débâcle des structures sociales, l’étouffement du marché, le gel de l’entrepreneuriat mais surtout une baisse de la qualité de vie des habitants au point de parler d’une crise humanitaire.

  •  Comment ont réagi les grec.que.s à cette situation ?

Après cinq ans de faillite financière et sociale, ils ont amené au pouvoir un parti de gauche qui a promis la fin de l’austérité. Ce nouveau gouvernement, après cinq mois de négociations pour trouver une solution viable, a énoncé un référendum comme réponse à l’intransigeance des dirigeants européens. Le peuple grec s’est fièrement opposé à un nouvel pacte d’austérité en votant à 61% contre.

  •   Qu’est-ce que l’U.E. a fait par la suite ?

L’Union Européenne avec les technocrates de la Banque Centrale Européenne, du Font Monétaire International ainsi qu’avec des instances sans légitimité démocratique comme la Commission et l’Eurogroup, ont décidé d’imposer l’isolement politique et la prostration économique du peuple grec, en proposant un dilemme sans issue : soit la sortie désordonnée de l’U.E. soit la continuation d’une austérité encore plus dure. Ainsi ils ignorent la décision du peuple et ils suppriment la souveraineté d’un état membre.

Au cours de la semaine passée il est devenu encore plus clair que l’U.E. est un instrument de production des colonies de dette, qui bandit les sanctions contre la Grèce pour continuer l’enrichissement du centre au détriment des pays de la périphérie. Des pareilles politiques ne profitent qu’aux forces de l’extrême droite qui voient leur influence monter partout en Europe.

stats-frGrecques et grecs, nous avons contré nos peurs en votant contre l’austérité mais l’Europe nous a tordu le bras. Nous avons voté pour une Europe de solidarité, une Union des peuples !

Advertisements

Glossaire de Catastroïka

TERMINOLOGIE ECONOMIQUE

Banque Centrale Européenne (BCE) : La banque centrale de l’Union européenne. Il s’agit d’une institution d’essence fédérale. Elle a été établie en 1998 et son siège est à Francfort. “Elle est chargée de maintenir le pouvoir d’achat de l’euro, et donc la stabilité des prix, dans la zone euro” (d’après son site internet officiel). Elle participe à la définition des grandes orientations de politique monétaire de la zone euro et prend les décisions nécessaires à sa mise en œuvre.

Déréglementation : L’ensemble des actions visant à alléger, voire à supprimer, les réglementations en place. D’inspiration libérale, la politique de déréglementation considère, en effet, que tout ce qui contribue à restreindre le libre-échange et la liberté des acteurs économiques nuit à l’atteinte des équilibres du marché. La réglementation est, en outre, perçue comme un coût (pour se faire respecter) et une limitation de l’initiative individuelle. Sur le plan économique, la déréglementation a pour objectif de réduire la réglementation qui pèse sur les entreprises et l’interventionnisme de l’Etat à la fois sur le marché des biens et services et sur celui du travail.

Dette souveraine : L’expression appliquée à la somme de l’endettement d’un Etat. Ce montant intègre l’ensemble des déficits cumulés par l’Etat lui-même et également par les entités et organismes qui lui sont rattachés. Une dette souveraine est principalement financée en recourant à l’émission de titres de créances sur les marchés financiers.

Fonds Monétaire International (FMI) : Institution internationale créée en 1945 regroupant 188 pays, dont le rôle est “dencourager la coopération monétaire internationale, de veiller à la stabilité financière, de faciliter le commerce international, d’œuvrer en faveur d’un emploi élevé et d’une croissance économique durable, et de faire reculer la pauvreté dans le monde” (d’après son site internet officiel).

Memorandum : Un memorandum d’information est une somme d’informations complémentaires concernant une société mise aux enchères et qui sont adressées à des entreprises ou à des investisseurs financiers intéressés par l’acquisition de la dite société. Pour la Grèce, le memorandum s’agit d’un rapport des analystes de la Troika concernant la situation économique du pays, des réformes passées et des recommandations pour l’intégration des mesures complémentaires.

Monopole : Une situation où un seul vendeur, sans concurrence, alimente en produits ou en services l’ensemble des acheteurs sur un marché donné. Le monopole peut s’appliquer également à une catégorie d’acteurs de même nature en situation monopolistique.

Municipalisation : action de placer sous l’autorité de l’administration communale.

Néolibéralisme : Le sens originel de néolibéralisme désigne, en matière économique, différentes écoles libérales du XXe siècle, comme l’école autrichienne ou celle de Chicago. Il se caractérise par :

  • une limitation du rôle de l’Etat en matière économique, sociale et juridique ;

  • l’ouverture de nouveaux domaines d’activité à la loi du marché

  • une vision de l’individu en tant qu'”entrepreneur de lui-même” ou “capital humain” que celui-ci parviendra à développer et à faire fructifier s’il sait s’adapter, innover…

Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) : L’organisation internationale d’études économiques créée en 1961 pour succéder à l’OECE (Organisation Européenne de Coopération Economique). Son rôle est “d’effectuer des prévisions et formuler des recommandations de politiques économiques à destination des pays membres et faire le bilan des réformes passées” (d’après son site internet officiel).

Organisation Mondiale du Commerce (World Trade Organization) : “Organisation internationale qui s’occupe des règles régissant le commerce entre les pays. Au cœur de l’Organisation se trouvent les Accords de l’OMC, négociés et signés par la majeure partie des puissances commerciales du monde et ratifiés par leurs parlements. Le but est d’aider les producteurs de marchandises et de services, les exportateurs et les importateurs à mener leurs activités” (d’après son site internet officiel).

Politique fiscale : L’ensemble des décisions de dépenses publiques et de règles fiscales mises en place par les pouvoirs publics. La politique fiscale est considérée comme un des instruments de la politique économique.

Privatisation : L’opération consistant à transférer par la vente d’actifs, une activité, un établissement ou une entreprise du secteur public au secteur privé. La privatisation est dite partielle si seulement une partie du capital est vendue. L’opération inverse de la privatisation est la nationalisation.

Les objectifs, souvent idéologiques, de la privatisation peuvent être multiples :

  • réduire l’interventionnisme de l’Etat dans l’économie,

  • ouvrir à la concurrence un domaine d’activité jusqu’alors en situation de monopole,

  • donner plus de souplesse aux entreprises (nomination des dirigeants, prises de décision),

  • apporter des recettes supplémentaires à l’Etat (mais ces recettes n’ont lieu qu’une seule fois)


Les privatisations, en France, ont commencé à partir de 1986 :

  • 1986-1987 : Saint-Gobain, Paribas, CCF, Générale des eaux, Alcatel, Alsthom, Havas, Société générale, TF1, Compagnie financière de Suez, Matra, Elf Aquitaine.

  • 1988-1993 : Total et Rhône-Poulenc.

  • 1993-1996 : Renault, Seita, Bull, Usinor-Sacilor, Péchiney, Elf Aquitaine, Assurances générales de France, Union des Assurances de Paris, BNP, Banque Hervet.

  • 1997-2002 : France Télécom, Thomson-CSF, GAN, Thomson-Multimédia, Air France, Aerospatiale, EADS, Crédit lyonnais, RMC, Société Marseillaise de Crédit.

  • Depuis 2002 : Autoroutes, SNECMA, EDF-GDF.

  • Prévu : Aéroport de Paris, SNCM.

Produit Intérieur Brut (PIB) : La mesure de la production et une approximation de la richesse créée par une économie nationale. Il correspond à l’ensemble des biens et services produits sur un territoire national, quelle que soit la nationalité des producteurs.

Produit National Brut (PNB) : La mesure de la production sur une période donnée, en général annuelle, de biens et services marchands créés par une nation, que cette production se déroule sur le sol national ou à l’étranger.

Rationalisation économique : La réorganisation d’un processus, un groupe ou une entreprise afin d’accroître son efficacité économique ou d’améliorer son fonctionnement.

The Shock Doctrine (La Stratégie du choc) : Le titre du livre de Naomi Klein paru en 2007 qui décrit comment un pays (notamment les Etats-Unis) peut utiliser des chocs psychologiques sociaux (désastres naturels, guerres, attaques terroristes, coup d’État, crises économiques) permettant l’application de la politique du “free market”. D’après l’auteur, ces chocs sont délibérément utilisés pour permettre la mise en œuvre de réformes économiques néolibérales majeures qui seraient impossibles en temps normal.

Troika : Un groupe économique composé de trois personnes :

  • Un représentant du FMI (Fonds Monétaire International)

  • Un représentant de la BCE (Banque Centrale Européene)

  • Un représentant de la Commission Européenne

Son rôle est d’évaluer les progrès de la Grèce par rapport aux engagements économiques et politiques envers ses créanciers.

EVENEMENTS HISTORIQUES

Guerre des Malouines (Falklands War) : Le conflit qui a opposé l’Argentine au Royaume-Uni dans les îles Malouines. Se déroulant du 2 avril, date du débarquement argentin sur ces différentes îles, au 14 juin 1982, date du cessez-le-feu, le conflit se conclut sur une victoire anglaise qui permit au Royaume-Uni d’affirmer sa souveraineté sur ces territoires.

Junte de 1967 (Junte militaire grecque de 1967-1974 ou alternativement appelé “le régime des colonels” ou en Grèce “La Junte”) : Le nom donné au pouvoir politique en place en Grèce de 1967 à 1974. Cette dictature est issue du coup d’État par une junte militaire alors dominée par Georgios Papadopoulos.

ENTREPRISES/ORGANISMES/GROUPES

Aqualia : Groupe espagnol oeuvrant dans le domaine des eaux dont l’activité principale est la gestion des services municipaux.

Ellaktor : Multinationale grecque oeuvrant dans les domaines de BTP, immobilier, energie, chemins de fer et développement d’infrastructure.

ENRON : Une des plus grandes entreprises américaines à la fin du XXe siècle, qui, outre ses activités propres dans le gaz naturel, avait monté un système de courtage par lequel elle achetait et revendait de l’électricité, notamment au réseau des distributeurs de courant de l’État de Californie et de Rhode Island. En décembre 2001, elle a fait faillite en raison des pertes occasionnées par ses opérations spéculatives sur le marché de l’électricité, qui avaient été maquillées en bénéfices via des manipulations comptables.

GEK-Terna : Groupe grec oeuvrant dans les domaines de BTP, immobilier, energie et industrielle.

Hellas-Power et Energa : Fournisseurs privés d’électricité en Grèce. Il s’agit de compagnies qui ont déposé le bilan en 2012. Ils ont ainsi laissé tomber leurs clients et des dettes envers l’Etat grec et la compagnie nationale d’électricité (DEH).

Marfin Investment Group (MIG) : Organisme grec de placement collectif en valeurs mobilières créé en 1998.

Suez : Groupe industriel franco-belge oeuvrant dans les domaines de l’énergie-eau-environnement-BTP (Bâtiments – Travaux Publics). Ce groupe a fusionné en 2008 avec Gaz de France pour donner naissance à GDF SUEZ et à Suez Environnement.

Treuhand (ou Treuhandanstalt) : Littéralement en français «Agence fiduciaire», créée par la Volkskammer (le parlement est-allemand), c’était l’organisme chargé de la privatisation des biens de la République démocratique allemande (RDA) après la réunification du pays en 1990. Elle est associée aux scandales économiques et est tenue responsable de la montée du chômage exponentielle en ex-RDA pendant les années 1990.

Veolia Environnement (autrefois Vivendi Environnement et précédemment Générale des eaux) : Multinationale française oeuvrant dans les domaines complémentaires de la gestion du cycle de l’eau, la gestion et valorisation des déchets, la gestion de l’énergie et le transport de personnes.

Catastroïka Projection-Débat

Projection et débat en présence du réalisateur Aris Chatzistefanou organisée par les Gregrecs (Initiative des Grec.que.s de Grenoble) et avec le soutien du CAC38.

afisaCatastroikaGregrecsPetit

Le film documentaire CATASTROÏKA cherche les conséquences de la liquidation totale de la Grèce. En revisitant des privatisations dans plusieurs pays développés au cours des 20 dernières années, CATASTROÏKA essaie de prévoir ce qui va se passer si ce même modèle de privatisation des biens publics s’applique à un pays sous surveillance économique. De nouvelles questions alors se posent : L’un des véritables objectifs de ces politiques catastrophiques, menées par des organismes opaques et l’Etat autoritaire, ne serait-il pas de se débarrasser de l’obstacle majeur que constitue la démocratie ? Quel rôle joue la dette dans ce processus de domination des peuples ?

21 mars à 20h15 : CATASTROIKA (VOstFR), Cinéma le Club ( 9 Bis rue du Phalanstère) P.A.F. : 3.50

Tournée du documentaire Catastroïka (Grèce, 2012) en France du 19 au 23 mars

Affiche Globale petite

19/03: Strasbourg – 20h30, Maison des associations, 1a Place des Orphelins

20/03: Toulouse – 20h15, Cinéma Utopia, Impasse du château, 31170 Tournefeuille

21/03: Grenoble – 20h15, Cinéma Le Club – 9 Bis Rue du Phalanstère

22/03: Lyon – 18h00, Université Lyon 2, campus Berges du Rhône, 4 bis rue de l’Université

23/03: Paris – 18h00, Espace Maurice Nilès, 11, rue du 8 Mai 1945, Bobigny (+Solidarité avec les dispensaires sociaux)